Implants contraceptifs, le laboratoire Bayer attaqué en justice

 Nathalie Langlais de l’association RESIST attaque Bayer en justice. En cause, les implants contraceptifs Essure qui auraient des graves conséquences sur la santé de leurs utilisatrices.

Forte d’une expérience de plus de dix ans, Nathalie Langlais en est persuadé, les implants contraceptifs ont eu des conséquences sur sa santé. Porteuse depuis 2006 de ces ressorts implantés dans les trompes, la membre de RESIST est convaincu que la solution miracle lui a provoqué des pathologies en cascade : perte d’équilibre, maux de ventre, allergies …

DES VICTIMES QUI SE REGROUPENT AU SEIN DE L’ASSOCIATION « RESIST »

C’est hrâce à l’association« Réseau d’entraide, de soutien et d’informations sur la stérilisation tubaire » (RESIST) que Nathalie pense avoir enfin déterminé la cause des ses maux : pour elle comme pour les membres de l’association, les implants sont en cause. Ils sont composés de nickel et titane, et 200000 femmes depuis le début du siècle y ont eu recours. Si Bayer a retiré du marché ces implants contraceptifs de la plupart des pays, les femmes aux  Etats-Unis continuent a y avoir recours.

L’enjeu du procès ? Que les femmes qui ont eu à souffrir de ce mode de contraception soient reconnues comme victimes du laboratoire et que les autorités sanitaires sanitaires  communiquent auprès de toutes les patientes ayant fait, un temps, le choix de ce mode de contraception.

A voir également :

Laisser un commentaire